80,000 vinyles plus tard
Nous avons des constats

Lancés en 2020, nos services de pressage ont rapidement été adoptés par les maisons de disques québécoises.

Les apprentissages ont été quotidiens.

Nos constats nous poussent à repenser notre rôle dans l'industrie du vinyle. Ils sont le résultat d'introspections critiques sur notre travail.

- Audrey et Matt / Co-fondateurs

Le cadre hérité a atteint ses limites
Un écart générationnel

Il y a plus de 50 ans, il y avait 5,700 nouveaux singles par année.

La croissance fulgurante du streaming à partir de 2010 a transformé une industrie: les processus de lancement d'un album ont entièrement changé.

Aujourd'hui, il y a plus de 60,000 nouveaux singles par jour.

La digitalisation de la musique a créé une contre-culture: le vinyle a connu une renaissance.

Malheureusement, les modèles de fabrication et commercialisation du vinyle sont aujourd'hui sensiblement toujours les mêmes qu'en 1970.

Le vinyle était un format universel.

Le vinyle a été le premier médium musical physique disponible à grande échelle.

Des années 1950 jusqu'à 1982, le vinyle était la source de revenu principale de l'industrie de la musique.

Malgré la renaissance du vinyle, il est estimé qu'il n'occupe que +/- 7% des revenus de l'industrie.

Le vinyle est maintenant un objet d'art

Seulement 50% des consommateurs de vinyles possèdent une table tournante.

Ce changement de dynamique marque une intention par le consommateur de supporter l'artiste par la possession matérielle de son art.

Les artistes auto-produits et signés sur des maisons de disques indépedantes vendent davantage que Sony, Universal et Time Warner.

Les maisons de disques s'entêtent pourtant à vendre des vinyles à 20$

[...] une moindre valeur qu'à l'apogée du format en 1978.

Selon Billboard, le prix prix moyen d'un vinyle en 1978 est l'équivalent de 30$ en 2023, en respectant l'inflation.

À l'apogée des ventes de vinyles à la fin des années 1970, il y avait plus de 340 millions de vinyles neufs vendus par année aux États-Unis.

En comparaison, approximativement 40 millions de vinyles neufs ont été vendus en 2021.

Malheureusement, le vinyle est difficilement rentable pour les artistes.

Les réseaux de distribution ont changé.

Les grandes compagnies de disques tel Sony, Universal et Time Warner ont transformé leur réseau de distribution de musique physique en sous-traitant à de grands groupes de logistiques.

Les coûts de transport sont élevés.

Selon nos données accumulées depuis notre ouverture, le coût de transport moyen d'un vinyle au Québec est de +/- 15$.

Les maisons de disques ont changé.

Selon Statistiques Canada: "L’écosystème qui a si bien servi les créateurs de musique francophone du Québec à l’époque des médias traditionnels n’est plus en mesure de jouer le même rôle à l’ère de la diffusion en continu."

Ce changement de marché "[...] a peu pour effet de réduire la visibilité sur le marché et de faire fléchir les ventes physiques."

Les coûts de production augmentent.

Les coûts de production de vinyles augmentes dû à la demande fulgurante du marché, et la rareté de la main d'oeuvre.

Il est fréquent de voir des projets avec des pochettes, sous-pochettes, étiquettes centrales et autres composantes papier qui dépassent le budget alloué à la fabrication des vinyles.

50% de la capacité de production de vinyles est outre-mer.
La majorité des maisons de disques sous-traitent la production et distribution des vinyles au plus bas soumissionaire.

La Société des Loisirs est uniquement positionnée pour valoriser davantage le vinyle en offrant une expérience unique aux artistes et aux mélomanes.

De façon organique, nos pressages maison sont devenus nos meilleurs vendeurs.

Suite à une introspection profonde sur notre vision de l'industrie, nous en sommes venus à une intention claire.

Nous voulons fabriquer, commercialiser et vendre des vinyles d'exceptions aux quatre coins du monde, au service des artistes.

Audrey et Matt / Co-fondateurs

On nivelle vers le haut.

275 RUE DORCHESTER, QUÉBEC
Viens prendre un café!

Bienvenue à la Société des Loisirs : café, disquaire et presse à vinyles artisanale sous un même toit au coeur du quartier St-Roch à Québec.